Maison de l'emploi de Paris

Agir ensemble pour l'emploi

Autres productions

La Maison de l'emploi de Paris vous propose des éléments de synthèse sur les commerces culturels tirés d'une sélection d'études parisiennes, franciliennes ou nationales. 

Cliquez sur un numéro du sommaire ci-dessous pour accédez directement à la synthèse de la MEP et à l'étude dans son intégralité.      

 

COMMERCE CULTUREL

  1. APUR, L'évolution des commerces à Paris, Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014, Mars 2015
  2. APUR, Le grand commerce à Paris et en Île-de-France, Juillet 2014
  3. APUR, Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes, Note BDRues 2013, Janvier 2014  

LIBRAIRIES

  1. L'ObSoCo, Les clients de la librairie indépendante. Mieux les connaître pour mieux les fidéliser, Juin 2013
  2. Librairies dans le monde - Etude comparative réalisée par Cécile Moscovitz et Rüdiger Wischenbart avec la collaboration de Jennifer Krenn, Livres/Hebdo, Cercle de la Librairie, en coopération avec le Syndicat de la librairie française, Mai 2013

 

COMMERCE CULTUREL

Eléments de synthèse (MEP)

Un recensement des commerces parisiens - de tous les locaux en rez-de-chaussée ayant une vitrine sur rue - a été réalisé en mars-avril 2014 par une équipe de 20 enquêteurs.

En 2014, Paris compte environ 62000 commerces ou services commerciaux en activité. Par rapport à 2011, on constate une légère hausse de ces commerces et services (+ 470). Il est à noter la diminution de la vacance des locaux implantés en rez-de-chaussée. Cette augmentation du nombre de locaux entre 2011 et 2014 marque une inversion par rapport à la période 2007-2011 (- 843 commerces et services). 70 % des commerces présents en 2014 avaient déjà la même activité et la même enseigne en 2011.

S’agissant des commerces culturels, on observe une baisse du nombre de librairies et de commerces de vente de disques, cassettes, CD, DVD.

En 2014, 

  • sont dénombrés 756 librairies,
  • soit une diminution de 83 libraires entre 2011 et 2014 (- 10 %).

Et la baisse du nombre de librairies s'amplifie par rapport à la période 2007-2011.

En 10 ans (2003 - 2014), on observe une diminution de 213 librairies (- 22 %).

En 2014, 

  • sont dénombrés 129 commerces de ventes de disques, cassettes, CD, DVD,
  • soit une diminution de 37 de ces commerces entre 2011 et 2014 (- 22 %).

En 10 ans (2003 - 2014), on observe une diminution de 138 de ces commerces (- 52 %).

Retrouvez ICI l'étude de l'APUR dans son intégralité.

Retrouvez ICI la synthèse de l'APUR.

 

Haut de page

 

Eléments de synthèse (MEP) 

A fin 2013, Paris compte 43 grands magasins culturels et de loisirs de plus de 1000 mètres carrés, dont 18 grands magasins culturels : il s'agit de 8 multispécialistes culturels (8 FNAC dont 3 ont entre 6900 et 8000 mètres carrés) et de 10 librairies, papeteries, art graphique. 

Ces 18 grands commerces culturels parisiens représentent près de 40 % des commerces culturels franciliens (38,3 %). 

En Île-de-France, sur la petite quarantaine de commerces culturels et de loisirs de plus de 1000 carrés, 26 sont des établissements de l'enseigne FNAC. On recense aussi 6 Espace culturel Leclerc et 6 Cultura. En surface de vente, la FNAC arrive en tête avec plus de 87000 mètres carrés, devant Gibert Jeune avec 31800 mètres carrés et Cultura avec un peu plus de 14000 mètres carrés.

Retrouvez ICI l'étude de l'APUR dans son intégralité.

 

Haut de page

 

Eléments de synthèse (MEP)

Pour la 7ème année consécutive, l'Atelier parisien d'urbanisme examine les mutations commerciales de 56 voies commerçantes à Paris, représentant un parc de 11300 locaux, soit 13 % des locaux en rez-de-chaussée de la capitale.

La baisse la plus importante du nombre de locaux concerne les commerces culturels et de loisirs *, passant de 871 en juin 2012 à 820 en juin 2013, soit - 51 établissements en 1 an.

Par ailleurs, 11 % des 298 locaux devenus vacants entre 2012 et 2013 proposaient une offre culturelle ou de loisirs.

* Les magasins culturels et de loisirs se répartissent entre les grands multispécialistes culturels, les librairies, papeteries et boutiques d'art graphique, les magasins de sport, de jouets et les commerces liés à l'informatique et aux instruments de musique.

Retrouvez ICI l'étude de l'APUR dans son intégralité.

 

Haut de page

 

LIBRAIRIES

Elements de synthèse (MEP)

La clientèle des librairies indépendantes

  • Moins de 31 % de la population française.
  • 39 % de gros lecteurs (Plus de 10 livres lus par an).
  • 70 % des clients approuvent l'idée selon laquelle, lorsqu'ils ont le choix, ils préfèrent acheter auprès d'un commerce indépendant que dans un commerce appartenant à une chaîne.
  • 58 % des clients de la librairie indépendante estiment trop élevé le prix auxquels les livres sont vendus. (Entre avril 2008 et avril 2013, l'indice du prix du livre a cru de 7,5 %, soit légèrement plus que l'ensemble des prix à la consommation (6,8 %)).   
  • Les clients les plus âgés (65-79 ans) et les habitants de l'agglomération parisienne valorisent la qualité du conseil du libraire indépendant.
  • Ils se révèlent, dans l'ensemble, assez éclectiques quant aux circuits de distribution empruntés (magasins physiques ou achats sur Internet).
  • La clientèle de la librairie indépendante et l'achat en ligne (aucun effet d'âge ou de taille d'agglomération)
    • 42 % des clients de la librairie indépendante déclarent avoir acheté des livres (neufs) sur Internet au cours des 12 derniers mois.
    • 56 % des clients de la librairie indépendante y effectuent moins de la moitié de leurs achats.
    • Forte sur - représentation de l'achat en ligne parmi les professions intellectuelles et artistiques (56 %).
    • Sites d'achat : Amazon (80 % des acheteurs) des acheteurs ; FNAC.com (57 %) ; Chapître.com (16 %) ; Decitre (9 %) ; Gibert Joseph (7 %) ; Le Furet (5 %) ; Le site de la librairie fréquentée (4 %) ; Les libraires.fr et Placedes librairies.com (2 %) ; Lalibrairie.com et Librest (1%).
    • Motifs de l'achat en ligne : l'étendue de l'offre et le prix ; loin derrière, les délais et les coûts de livraison.     

Les clients des petites librairies de quartier

  • 53 % des clients de la librairie indépendante déclarent acheter des livres dans les petites librairies de quartier.
  • Ce taux s'élève à 68 % dans l'agglomération parisienne.
  • 32 % des clients des petites librairies de quartier achètent plus de 10 livres par an (26 % pour la clientèle de la librairie indépendante dans son ensemble.)
  • Les clients des petites librairies de quartier sont, dans leur ensemble, tout aussi éclectiques dans leurs lieux d'achat de livres que les clients des grandes librairies de centre-ville.  
  • Les petites librairies de quartier cumulent l'attraction des gros lecteurs et des gros acheteurs.

Les clients des librairies spécialisées

  • Les librairies spécialisées captent la plus forte proportion de gros lecteurs.

Les non-clients de la librairie indépendante    

  • Les gros acheteurs de livres sont moins nombreux qu'au sein de la clientèle de la librairie indépendante.
  • 69 % des Français (18-74 ans) et 46 % des acheteurs de livres.
  • Ils consomment près de 55 % du volume de livres achetés.
  • Et c'est près d'un gros lecteur sur deux (achat de plus de 10 livres par an) qui échapperait à la librairie indépendante. 
  • Les non-clients de la librairie indépendante privilégient deux circuits de distribution : les grandes surfaces spécialisées en produits culturels et le e-commerce. 
  • Ils n'achètent pas de livres en librairie en raison de :
    • l'absence de librairie à proximité (54 %)  
    • des prix trop élevés (36 %) 
    • la difficulté à trouver les livres recherchés (16 %).

L'avantage comparatif

  • de la grande librairie de centre-ville : la capacité à favoriser la flânerie et la surprise 
  • de la librairie de quartier ou de la librairie spécialisée : le conseil. 
  • de la librairie spécialisée : assurer ses clients de pouvoir trouver le titre recherché.
  • de la librairie de centre commercial : l'achat non prémédité.

L'ensemble des librairies indépendantes partage le fait d'attirer des clients qui entrent dans le point de vente sans savoir précisément quoi acheter. La décision se prend sur place, ce qui confère un rôle important à la capacité de prescription du libraire. Les grandes librairies de centre-ville et les librairies spécialisées sont les plus efficaces dans la stimulation du choix dans le point de vente. Les grandes librairies de centre-ville semblent davantage exposées à la concurrence de l'achat en ligne que les petites librairies de quartier.

Retrouvez  ICI l'étude dans son intégralité.

 

Haut de page

 

Eléments de synthèse (MEP)

2,5 % des Français ont acheté au moins un livre numérique en 2012.

Les achats se concentrent chez les grands opérateurs :

  • 67,6 % des répondants achètent sur les sites d'Amazon, de la FNAC.
  • 53,8 % achètent sur des sites de librairies "pure player" 
  • 31,4 %, sur des sites de librairies physiques.   

3,6 millions de tablettes et 300000 liseuses ont été vendues en France en 2012 (contre 1,5 millions de tablettes en 2011).

La lecture de livres numériques en progression :

  • 15 % des Français de 15 ans et plus déclarent avoir déjà lu, en partie ou en totalité, un livre numérique en 2013 contre 5 % en 2012

Les lecteurs de livres numériques : 

  • 69 % d'entre eux ont lu un livre imprimé il y a moins d'un mois.
  • 42 % des lecteurs de livres numériques possèdent une tablette et 20 %, une liseuse.
  • 27 % estiment qu'ils lisent davantage depuis qu'ils lisent des livres numériques.

Cependant, la conversion au numérique n'est pas contraire à un fort attachement au papier.

Retrouvez ICI l'étude dans son intégralité. 

 

Haut de page